Manifestation du 4 Mars


La manifestation du 4 Mars est un franc succès, il y’aurait selon les estimations nationales un peu près autant de personnes dans la rue, voir plus, que mardi dernier.

La mobilisation s’installe dans la durée et le gouvernement, sourd à l’appel de la population ne repond qu’en semant la confusion par ces déclarations tordues et en cherchant a faire passer les manifestants pour de simples casseurs qui ne cherchent qu’a casser voitures et vitrines. Pour arriver à ces fins, ce guvernement n’hesite pas a introduire de façon massive des policiers en civils dans les cortèges, policiers qui les premiers lancent pierres et cannettes sur leurs collègues CRS ou gendarmes mobiles (le service d’ordre de la CGT a stoppé un individu lancant des projectiles sur la police, après la fouille de cet individu , ils ont trouvé sur lui une carte de police), ce qui non seulement incite des étudiants a faire la même chose, a la différence qu’eux se font arreter, mais surtout, cela permet de répondre par la violence au malaise social de la population confrontée a une précarité sans cesse plus violente.

Sur lille, après la manifestation, une partie des manifestants a décidé de continuer la manifestation au-delà du parcours déposé en préfecture (chose qui n’est pas rare, de très nombreuses manifestations ne font l’objet d’aucun dépot de parcours en préfecture), la violence policière a été très rapide, après quelques jets de cannettes (dont la provenance n’etait selon toute vraisemblance pas le fait de vrais manifestants) contre un alignement de CRS au milieu de la voie (dont le seul but etait d’enerver les manifestants, aucun lieu « stratégique » a cette rue donnant sur la place de la république). Mais ces quelques cannettes ont suffi comme pretexte pour utiliser des grenades fumigène contre les manifestants, grenades qui on fait au moins un blessé (une grenade a entrainé l’enflammation des vetements d’un manifestant qui a donc été brulé).

Après ces violences organisées par les autoritées, de jeunes manifestants préalablement excités par la police ont dégradé quelques vitrines et cassées les vitres de voitures stationnées le long des rues. C’est a partir de ce moment que les autrorités ont pu réellement déployer leur arsenal répressif, des centaines de policiers en civil se sont munis de casques, matraques et lacrymogènes et ont chargés la foule dans les rues de Lille, gazant et matraquant de façon aveugle passants, manifestants, enfants ou touristes.

Les nombreuses arrestatons ont données lieu a des scènes d’humiliations des interpellés (attachés la tête contre le macadam, il leur fut infligé claques, coup de pieds, insultes, jet de lacrymo en pleine figure…), deux passantes scandalisées ont voulues faire des photos de ces mauvais traitements, elles furent passées au lacrymo sans sommation.

SUD Etudiant condamne une fois de plus ces méthodes visant a provoquer l’affrontement et les réponse policières particulièrement violente qui sont apportées.

Nous demandons l’interdiction de tout cet armement militaire contre des civils non armés. La guerre économique que se livrent les puissances économiques pointe ces armes vers les victimes de cette guerre, le petit peuple qui cherche juste a survivre, alors que les puissants qui déclenchent ces guerres mangent dans les mêmes restaurants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *