Compte-rendu du CA de Lille1 du 7 juin 2013


En cette période de fin d’année studieuse, aucun élu étudiant n’était présent. SUD avait donné procuration à la FSU. C’est à partir de leur compte-rendu plus complet que nous élaborons un compte-rendu très résumé.

Le CA avait été convoqué pour valider l’ESPE (École Supérieure du Professorat) qui remplace les IUFM. Celle-ci est portée par le PRES au niveau régional et non par une des 6 universités. Cette réforme était sensée rompre avec la politique désastreuse du gouvernement précédent sur la formation des enseignants (mastérisation). Au final on a des projets ficelés en urgence qui tentent tant bien que mal d’être prêts pour septembre alors que la loi n’est pas votée.
L’ESPE a, de fait, un rôle et une « gouvernance » floue, non démocratique et élaborée au jour le jour. Cela fait peser des craintes sur les conditions de travail des étudiants et des personnels. En cohérence avec nos votes « Contre » en CEVU à Lille2 le 28 mai (désespérément seul) et à Lille1 le matin même (3 Contre, FSU et SUD), nous avions donné mandat à la FSU de voter Contre.
Ce débat pose la question plus générale du PRES : un CA non démocratique. Personne ne communique sur ce qui s’y passe : l’UNEF, qui a négocié un strapontin avec la présidence de Lille 3, ne fait aucun compte-rendu alors que le PRES s’apprête à établir/a déjà établi (où en est-on ?) la « cartographie régionale des formations » c’est-à-dire la suppression des filières « doublons ».
Le dossier d’accréditation de l’ESPE est donc voté à l’unanimité moins 1 Abstention (CGT) et 3 Contre (FSU et SUD).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *