Compte-rendu de la CFVU de Lille 3 du 25 juin 2014


Étudiant-e-s présent-e-s : 5/6 UNEF, 1/1 SUD 0/1 UNI, 0/1 EMF, 2/3 PDE

 

I) Diverses infos

L’UNEF présente son appel national sur les étudiant-e-s étranger-e-s (voir notre réponse sous la forme d’un communiqué fédéral ici). La Présidence assure qu’elle fait du mieux qu’elle peut pour soutenir ces étudiant-e-s. Pas de vote.

Le VP Formation parle de l’épreuve d’histoire de l’art et de l’incident, à cause du manque de présence enseignante. Il relativise. La directrice de l’UFR d’Histoire signale qu’il s’agit d’un problème de « libellé » du sujet.

L’UNEF présente une motion sur la licence professionnelle patrimoine : la situation est très complexe. La licence a été supprimée et c’est donc du bricolage pour les étudiant-e-s (validation d’acquis et d’expériences).

 

II) Offre de formation

16 mentions de licences, 10 de licences pros (2) et 27 de master (10). Mais il y a beaucoup de « mutualisations » et de co-« accréditations » avec les autres universités régionales (ce qui implique parfois la mobilité des étudiant-e-s). SUD et UNEF s’abstiennent.

 

III) Rentrée 2014

Le conseil se penche sur la procédure d’inscription tardive et d’Admissions Post-Bac Complémentaires (pour les étudiant-e-s ayant changé de vœux sur APB). La date limite des inscriptions tardives serait le 3 octobre. Les élus étudiants syndicaux souhaitent la repousser mais le VP explique qu’il y a  une « corrélation » entre inscriptions tardives et échec des étudiants. C’est un constat statistique (contestable), pas un argument politique ! Sur APB : 5 votes contre (UNEF) et 1 Abstention (SUD).

Le conseil débat ensuite des capacités d’accueil dans certaines licences. Le VPE et les profs y sont favorables contrairement aux élus syndicaux étudiants. Sur la réorientation, SUD et un élu UNEF s’abstiennent car les UE ne sont reconnues qu’au cas par cas.
Le chevauchement est maintenu même s’il n’est plus dans la réglementation nationale.

Au niveau des langues rares, il y a trop peu d’étudiant-e-s inscrit-e-s. Le serbo-croate ferme.  Pour l’inscription en DUFL, on peut s’y inscrire avant d’avoir son inscription administrative en thèse qui arrive souvent en novembre (question de l’élu SUD). SUD s’abstient, seul, car opposé au principe de « diplômes d’université » (DU), non réglementés.

On nous parle ensuite du « HubHouse » (entrepreneuriat étudiant), de la formation continue et de la communication autour de la nouvelle offre de formation (notamment des UO10).

 

IV) Vie étudiante

Après un vote sur le tutorat (où SUD s’abstient, faute de mandat), les assistantes sociales présentent un bilan. Elles ont eu 2013 entretiens sur l’année universitaire. 60 % d’étudiant-e-s en licence et donc beaucoup d’étudiant-e-s en Master, notamment en M1. 15 % des étudiant-e-s sont en psycho, 12% sont en arts plastiques et 10% en LEA. Pour 81 % des demandes, il s’agit d’aides financières. 18 % des aides de l’académie sont à Lille 3. Les problèmes familiaux représentent 29 % des demandes. On relève aussi des problèmes de logement, d’endettement et de santé. On dénombre 48,69 % d’étudiant-e-s boursier-e-s.

Sur les financements aux assos, SUD et UNEF interviennent pour dénoncer le financement du Congrès de la FénéPsy, membre d’un organisation nationale représentative (PDE) et se présentant aux élections. Soit on finance tout le monde (y compris les syndicats comme à Lille 1), soit on ne finance personne.  S’ensuit un débat animé entre élus syndicaux étudiants et élus « syndicaux » personnels. Vote sur le projet de l’APSYLE : 6 voix contre (UNEF et SUD). Unanimité sur les autres projets sauf une abstention de SUD sur un second projet de l’APSYLE.

Après des votes sur des conventions où SUD s’abstient, la CFVU prend fin après plus de 3h30 de débats animés.

Lille 3

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *