Santé des étudiants, un rapport sans surprise


Le député sarkozyste de la Haute-Loire, Laurent Wauquiez a remis mercredi un rapport parlementaire sur la santé des étudiants. Il n’en est pas à son premier rapport sur la question étudiante, son précédent rapport portant sur le système des bourse avait déjà fait un certain effet parmi la population étudiante. Ce rapport présente globalement les mêmes problèmes que le rapport précédent, un constat assez pertinent de la situation (constat qu’ont fait avant lui l’observatoire de la vie étudiante, les syndicats étudiants, les mutuelles étudiantes…) mais des réponse inadaptées.

Le rapport constate que la santé des étudiants se dégrade (près de 15% ont été amenés à renoncer faute de moyens, à un soin d’optique ou dentaire, un étudiant sur dix traverse des phases de déprime et le suicide est la principale cause de mortalité chez les 15-25 ans avec 11 000 suicides par an, un nombre important d’IVG, près de 5% et surtout leur répétition dans le temps chez les étudiantes), cela n’est en soi pas étonnant, la santé d’une population donnée est très liée à sa situation socio-économique. Les étudiants étant soumis à une précarité croissante (dépenses qui augmentent très vite, aides sociales qui ne suivent pas cette augmentation, l’équation est assez simple), ils peuvent de moins en moins consacrer d’argent à leur alimentation et à leur santé donc leur santé se dégrade.

On peut, par exemple, citer une forte hausse des dépenses incompressibles : augmentation des loyers, des frais d’inscription, du ticket RU…

Le rapport propose des mesures assez consensuelles qui sont plutot positives telles que le renforcement des maisons de santé sur les campus, des visites médicales systématiques et obligatoires les 2 premières années (et pourquoi pas les années qui suivent ?), un bilan buccodentaire et d’optique ou une lutte renforcée contre les addictions, faciliter l’accès aux moyens de contraception. Ces mesures de bon sens, si elles sont suivies d’action, seront accueillies positivement, mais si les universités doivent assumer ces missions à moyens constants ce sera, soit une simple déclaration de bonnes intentions, soit un abandon d’autres missions. Si des moyens sont effectivement associés a ces propositions, nous en serons très heureux, une grande partie de ces propositions est réclamée depuis longtemps par SUD étudiant.

Il est aussi question d’améliorer les délais d’attribution de la carte Vitale, mais le principal problème est le fait que cette carte et surtout le numéro de sécurité sociale, ne sont attribués qu’aux mineurs de plus de 16 ans. Il serait bien plus simple que ce numéro soit attribué à la naissance et provisoirement rattaché à la carte parentale jusqu’à cette période. De plus la décision de Philippe Douste-Blazy d’y adjoindre une photo va, contrairement au voeu de monsieur Wauquiez, ralentir le délivrement de cette carte.

Mais une mesure phare de son rapport est plus problématique. Le député propose la mise en place d’un chèque santé pour souscrire à une mutuelle. Cette mesure qui apparait comme généreuse est en réalité complètement stupide : les autorités ont créé les mutuelles étudiantes pour faire financer par les étudiants (ou leur famille) les frais de santé qu’ils ne voulaient pas faire supporter par la collectivité. S’est alors crée une, puis plusieurs mutuelles étudiantes en concurrence qui proposent des services souvent assez proches. Ces mutuelles jouant 2 rôles principaux, celui d’intermédiaire entre la sécurité sociale et l’étudiant, et celui de complémentaire santé, nous avons déjà dans un précédent article détaillé les problèmes posés. Ce qui revient donc à abandonner à leur sort les étudiants les plus fragiles (depuis 1990, la subvention du ministère par étudiant en matière de santé n’a jamais été revalorisée et stagne à 1,68 euro). Ensuite, monsieur Wauquiez se rend compte que de nombreux étudiants ne peuvent se payer ces frais. Au lieu de suivre un raisonnement logique qui consisterait à intégrer les étudiants au sein de la sécurité sociale, dans un cadre privilégié (via un financement particulier à la sécurité sociale pour ce public qui ne peut assumer ces coûts, s’orientant alors vers une sorte de CMU spécifique aux étudiants). Ce qui mettrait donc fin au système absurde des mutuelles étudiantes. Au lieu de cela il choisit de renforcer ce non sens que sont les mutuelles étudiantes.

Nous demandons donc à Laurent Wauquiez de revenir sur sa proposition inadaptée de chèque santé et de proposer au gouvernement une réforme du système de santé susceptible de résoudre réellement les problèmes de santé des étudiants. Via une intégration des étudiants au sein de la sécu, avec un financement étatique spécifique et éventuellement une participation des étudiants au sein de la sécurité sociale nous aboutirions à un système bien plus rationnel.

Après, monsieur Wauquiez pourra se pencher sur la construction de résidences universitaires, sur la baisse du ticket RU et sur une attention plus importante donnée au sein de ces RU à la question de l’équilibre alimentaire. Enfin il pourra se pencher sur une réforme dans la façon dont l’état aide les étudiants à faire face aux frais engendrés par leurs études, tel que le salaire social.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *