Une nouvelle rentrée difficile attend les étudiants


Le gouvernement a cette année décidée une augmentation des frais d’inscription de 1,2 à 2,2% (171€ au lieu de 169 pour la licence, 231€ au lieu de 226 pour le master, 350€ au lieu de 342 pour le doctorat), a cela s’ajoutent nombre de frais illégaux pratiqués par beaucoup d’universités qui dépassent parfois les 1000€.

Pour anticiper un peu les projets gouvernementaux il suffit de regarder Paris IX-Dauphine qui fixe depuis 2004 librement ces frais d’inscription et vous imaginez bien que ce n’a pas été pour les fixer à la baisse.

A cela s’ajoute la volonté gouvernementale de faire progressivement disparaitre les bourses tel que nous les connaissons au profit des banques qui feront des prêts « raisonnables » aux étudiants.

Le logement CROUS qui loge déjà moins de 10% des étudiants est appelé a se transformer en logeur de prestige destiné non a loger les étudiants les plus pauvres mais a servir la politique de prestige des universités en mettant a destination de confortables studios a disposition des étudiants étrangers de haut niveau. Les étudiants seront donc renvoyés dans le privé avec le coût que cela représente.

Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) et la région continuent a oublier des masses considérables d’étudiants dans leurs grilles tarifaires, les obligeant a payer des sommes colossale pour le budget d’un étudiant lambda.

La santé reste très couteuse, même la CMU que pourraient toucher la plupart des étudiants est complexe a obtenir et rien n’est fait pour que les étudiants connaissent ce dispositif. Les mutuelles étudiantes préférant vendre leurs couteuses complémentaires santé que de faire de l’information sur la CMU.

Le syndicat SUD étudiant continue a défendre un enseignement supérieur exempt de discrimination sociale et de ce fait exige :

  • la suppression des frais d’inscription
  • un plan massif de construction de résidences universitaires afin de permettre a 1 étudiant sur 2 d’être en résidence universitaire
  • un retour du financement de l’état afin de diminuer les loyers en résidence universitaire tout en permettant aux CROUS de payer l’entretien et la rénovation des résidences
  • un retour de l’état dans le financement des repas étudiants afin d’obtenir un financement paritaire et donc un meilleur accès des étudiants a une alimentation équilibrée
  • un titre de transport étudiant gratuit accessible a l’ensemble des étudiant et permettant la libre circulation sur l’ensemble des réseaux de transports collectifs.
  • l’affiliation directe des étudiants au régime de sécurité sociale sans payer de couteux intermédiaires mis en concurrence et la mise en place d’une CMU délivrée automatiquement aux étudiants dès leur inscription à l’université
  • la création d’un salaire social pour les étudiants, financé via la partie socialisée des salaires, elle sera versée a tout étudiant et prendra en compte sa situation financière réelle

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *