Un préfet « peu probant » refuse la régularisation d’un sans papier


Début Juillet, Sankoumba Dansoko, guinéen sans-papier, avait rendez-vous à la préfecture dans le but d’obtenir un titre de séjour.

Sankomba Dansoko s’est parfaitement intégré à la société française, il vit en concubinage avec une française, ancienne militante de Solidaires 59/62, depuis deux ans et s’est présenté en préfecture avec une promesse d’embauche.

Sa demande a cependant été refusée au motif d’une « union peu probante ».

L’Union syndicale Solidaires 59/62 dénonce cette décision de la préfecture et estime insultant le motif évoqué par celle-ci : comment les autorités préfectorales peuvent-elles juger de la véracité de sentiments et s’immiscer autant dans la vie privée des individus ?

Nous apportons tout notre soutien à Sankoumba Donsoko, sa famille, ses amis, ses proches suite à cette décision préfectorale que nous estimons profondément injuste et arbitraire.

L’Union syndicale Solidaires 59/62, investie au quotidien dans la lutte légitime des sans papiers, tient à réaffirmer son attachement à la notion de libre circulation de chacun et rappelle qu’elle milite pour la régularisation de tous les sans-papiers et qu’elle soutient les organisation politiques et associatives qui travaillent au quotidien avec les sans papiers dans la région.

C’est pourquoi nous exigeons la régularisation immédiate de Sankoumba Dansoko.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *