Compte-rendu du CA de Lille1 du 22 mars 2013


Sur les 5 élus étudiants, 3 étaient présents (SUD, DPE et PDE), un chiffre élevé par rapport aux autres CA. L’Unef brille par son absence et n’a laissé aucune procuration.

Les principaux points

I) Subventions aux associations

Suite à une nouvelle règle comptable, le CA devait valider les subventions supérieures à 1.000 euros déjà votées en commission FSDIE. Les subventions ont été votées à l’unanimité. La liste « SUD & Assos » a fait remarquer, suite à la remontée de plusieurs problèmes parmi les associations du campus, que cette nouvelle règle posait plusieurs problèmes dont un report de versement des subventions allant jusqu’à un mois. Après un court débat, il a été voté à l’unanimité que le Président avait pouvoir d’attribuer les subventions proposées par le FSDIE sans consultation du CA quand leur montant est inférieur à 10.000 euros.

II) Convention Mix-Cité

La présidence explique que, suite à des difficultés avec le CROUS et aux problèmes financiers et techniques de l’association AMUL, une friterie privée assurera le service pendant la soirée du festival Mix-Cité. Cette solution a´st adoptée à titre temporaire.

III) Stratégie communication/entreprise

Un vice-président présente un magnifique diaporama rempli d’un discours managérial pour demander une multiplication par 10 du budget communication de l’université. SUD-FSU-CGT protestent sur la forme (vocabulaire utilisé) et sur le fond : il s’agit de gaspiller de l’argent dans de la publicité/propagande pour « s’ouvrir aux marchés » alors que nous subissons parallèlement des politiques d’austérité et une dégradation de nos conditions de travail. Cette présentation préfigure bien les conséquences de la nouvelle loi sur l’enseignement supérieur et la recherche.

IV) Diplôme de Français Langues Étrangères

Il s’agit d’un Diplôme Universitaire et non d’un diplôme d’État. Ses frais s’élèvent à plusieurs milliers d’euros. SUD a donc voté contre.

V) Convention avec une école privée de gestion au Maroc

Cette convention votée en CEVU l’an dernier est un Master en partenariat avec une école privée marocaine de gestion, véritable boîte à fric exigeant des frais d’inscription de plus de 6.000 euros. Devant le tollé provoqué par cette convention au-delà des listes syndicales SUD-FSU-CGT, la Présidence a préféré reporter le vote au prochain CA.

VI) Loi Fioraso

Une assemblée des 3 conseils aura lieu pour discuter du projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche.

VII) Populations roms sur le campus

Sur ce sujet voir notre communiqué plus récent. Pendant le débat, la Présidence, le MEDEF, PDE ou les listes anti-syndicales ont rivalisé en sous-entendus racistes en liant insécurité et appartenance ethnique et en abondant le climat nauséabond qui pèse sur le campus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *