Pourquoi nous ne participerons pas au Festival Etudiant Contre le Racisme (FECR) 1


L’UNEF a décidé d’organiser cette année à Lille un Festival Etudiant Contre le Racisme. Elle a sollicité SUD Etudiant pour participer à un débat sur les étudiants étrangers à l’Espace Culture de l’Université Lille 1.

Nous avons été surpris par une telle initiative. En effet, alors que plus de 20% des étudiants de Lille 1 sont « étrangers », SUD Etudiant est le seul syndicat à être présent au quotidien pour aider ses étudiants dans leurs démarches administratives (titre de séjour, inscription…). Le travail syndical, nous l’effectuons déjà, avec l’aide d’associations et malgré nos faibles effectifs. Il n’était donc pas question d’aller recevoir les leçons d’un « syndicat » absent du campus représenté dans ce débat par une bureaucrate parisienne (secrétaire générale de l’UNEF).

Mais ce n’est pas le seul problème. L’été dernier, l’UNEF, comme d’autres prétendus « syndicats » (CFDT, CFTC, UNL…), a voté au niveau national (au Conseil Supérieur de l’Education) pour un décret interdisant aux étudiants étrangers de s’inscrire aux concours de l’enseignement privé. Seuls Solidaires (SUNDEP, SUD Education, Solidaires Etudiant-e-s) et la CGT ont voté contre ce décret.

Comment l’UNEF ose-t-elle se dire « anti-raciste » après avoir soutenu un décret aussi discriminatoire qui met des étudiants et des précaires de l’enseignement privé dans la galère ?

Etudiants français et étrangers : mêmes droits ! Inutile de débattre, il faut agir au quotidien et lutter contre les politiques discriminatoires du gouvernement Ayrault-Valls-Hollande.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire sur “Pourquoi nous ne participerons pas au Festival Etudiant Contre le Racisme (FECR)

  • thomas
    Pourquoi ils font un festival sur un campus où ils n'existent pas ? C'est bien sympa de mettre de la musique, mais il me semble que c'est par des actions au quotidien que l'on agit sur ces questions. Et sinon, l'argent de ce festival et de tout ces prospectus qui ont inondé les résidences, il vient d'où ?