Notes de la Commission Recherche de l’UdL du 15 mai 2018


I) Informations budgétaires

Pour réduire sa « masse salariale », l’Université de Lille ne remplacera aucun départ à la retraite ou en mutation. Aucun poste de titulaire ne sera créé pour l’année à venir (y compris ceux « promis » à feu-Lille 1 et 3), hormis 15 postes donnés par le Ministère dans le cadre de la loi ORE (quelques miettes !).
Les crédits ne sont ouverts qu’à 94% : en bref, l’Université fait une économie globale de 6% de son budget initiale pour l’année en cours. Ca s’appelle de l’austérité… non pas pour ne pas être en déficit mais pour être plus excellent. En recherche, les crédits seront ouverts à quasiment 100% pour les contrats doctoraux et les dotations aux unités de recherche, écoles doctorales et structures fédératives (vote à la prochaine Commission Recherche, le 28 juin). Les économies sont réalisées sur les appels à projets.

II) Cadrages

– changement d’unité d’un.e titulaire (Unanimité moins 2 abstentions)- procédure d’association à une unité des enseignant.e.s-chercheur.e.s. In fine (après une discussion pas claire), la note ne concerne pas les docteur.e.s sans poste associé.e.s à une unité de recherche (ce cas dépend uniquement du règlement de l’unité de recherche). Suite à plusieurs demandes, la « validation par la VP Recherche » est remplacée par une simple information. (Unanimité)
– intégrité scientifique : il s’agit de la mise en place de procédures et d’un comité d’éthique de la recherche (CER, statuts en cours d’élaboration) qui examineront les dossiers des différentes recherches qui souhaitent être labellisées « éthiques ». Les dossiers seront déposés numériquement sur une plateforme. (Unanimité)
– indemnisation des participant.e.s à des recherches n’impliquant pas des personnes humaines au sens du code de la santé publique : limite à 100 € maximum (Unanimité)

III) Répartition des contrats doctoraux

L’Université va financer 100 contrats en 2018 contre 105 en 2017. Mais, à ces 100 contrats s’ajoutent 5 contrats « ERC Generators » aussi financés par l’Université (on ne prête qu’aux excellent.e.s). La répartition demeure relativement inchangée mais la Région a décidé de ne plus financer les thèses de plus de 3 ans. Résultat : -50% de financements Région pour l’ED SJPG. L’Université doit rencontrer la Région sur ce point.
A terme, la question de l’équilibre globale entre tous les financements doctoraux entre les disciplines doit être abordée. En SHS et DEG, on a une baisse des CIFRE, moins de contrats I-SITE, moins de cofinancements extérieurs et moins de contrats Région cette année…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *