Nouvelle attaque du gouvernement contre les droits étudiants !


Nous sommes en janvier et traditionellement, la majorité des étudiant-e-s boursiers ont déjà reçu leur allocation CROUS depuis plus d’un mois ; or, dans de nombreuses villes en France, de plus en plus d’étudiant-e-s signalent qu’ils n’ont toujours pas reçu leurs bourses. Dans les CROUS, on leur explique que le budget 2006 se révèle encore inférieur aux besoins. Le nombre de boursiers serait plus élevé que prévu et les CROUS n’ont donc pas les moyens de payer les étudiant-e-s. Face à cette pénurie, le gouvernement refuse de revoir le budget à la hausse.

Cette situation est injuste et inacceptable ! D’un côté, le gouvernement Villepin/Chirac met en place et/ou cautionne des réformes libérales/réactionnaires (contrat nouvelle embauche, mesures fiscales favorables aux couches les plus aisées, remise en cause de la progressivité de l’impôt, réforme « LMD-€CT$ » sanctions contre les chômeur-euse-s, modification des seuils sociaux, augmentation des frais d’inscription à la fac, augmentation du ticket RU…) qui rendent l’existence des étudiant-e-s et de leurs parents encore plus précaire. De l’autre, il continue à l’instar des gouvernements précédents d’ignorer la réalité de la condition étudiante (un citoyen souvent majeur, contraint d’étudier par le système capitaliste, et condamné la plupart du temps au choix entre dépendance familiale et travail salarié) et refuse de leur donner un véritable statut social par le biais par exemple de la mise en place d’un salaire social destiné à toute la jeunesse (pour plus d’infos, voir l’article sur le salaire social dans la rubrique « Dossiers et revendications »).

Or, ce que le gouvernement cherche à faire en compromettant le financement de bourses déjà fort peu élevées, c’est bel et bien à remettre en cause le peu de reconnaissance sociale dont les étudiant-e-s les plus fragiles bénéficiaient. Nous ne devons pas accepter cette nouvelle attaque : en ce sens, la première des choses à faire pour les boursier-e-s est de se signaler auprès de SUD étudiant-e Lille car nous avons à l’heure actuelle très peu d’informations sur la réalité de la situation dans l’académie de Lille.

Alors, tou-te-s ensemble, ouvrons-là !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *