Résultat des élections universitaires sur Lille 1


Les élection étudiantes du mardi 06 Mai 2008 à Lille1 avaient pour but de renouveler les représentant-e-s au conseil d’administration, au conseil des études et de la vie universitaire et au conseil scientifique.

SUD étudiant a présenté des listes dans ces trois conseils.

Cette élection peut être considérée comme un succès pour SUD étudiant, le pourcentage d’étudiants nous ayant choisi a fortement augmenté, le nombre de sièges remportés a lui aussi accru.

On passe de 1 à 2 élus en CA (avec le passage à 5 élus étudiants dans le conseil au lieu de 12 précédemment du fait de la LRU), on passe de 1 à 5 au CEVU et on garde notre élu au CS (avec modification des électeurs puisque les master 2 sont désormais exclus de ce vote).

On constate une très forte baisse du taux de participation en raison de la date du scrutin (que nous imposent les dispositions transitoires de la loi LRU) qui tombe durant une période de stages et d’examens.

Les résultats complets pour ces 3 conseils sont :

Conseil d’administration

  • Inscrits : 18415
  • Votants : 926
  • Blancs et nuls : 28
  • Participation : 5,03%
    liste nombre de votes pourcentage
    UNEF 358 39,87
    SUD étudiant 274 30,51
    UNI 106 11,80
    85 9,47
    DPE 75 8,35

    liste nombre de sièges
    UNEF 2
    SUD étudiant 2
    UNI 1

    Conseil des études et de la vie universitaire

  • Inscrits : 18415
  • Votants : 926
  • Blancs et nuls : 24
  • Participation : 5,03%
    liste nombre de votes pourcentage
    UNEF 397 44,21
    SUD étudiant 288 32,07
    UNI 126 14,03
    91 10,13

    liste nombre de sièges
    UNEF 7
    SUD étudiant 5
    UNI 2
    2

    Conseil scientifique

  • Inscrits : 936
  • Votants : 88
  • Blancs et nuls : 4

Participation : 9,40%

liste nombre de votes pourcentage
UNEF 49 58,33
SUD étudiant 23 27,38
12 14,29

liste nombre de sièges
UNEF 2
SUD étudiant 1
1
  • Analyse du résultat des différentes organisations :

On constate une forte diminution de la participation des étudiants, probablement liée à la date choisie. La loi LRU impose aux universités la fragilisation des modalités de démocratie universitaire, notamment en diminuant le nombre de représentant ce qui a pour effet de rendre plus difficile pour une « petite » liste de se présenter, favorisant les listes déjà installées. Cela nous a été favorable mais cela est néanmoins injuste et anti-démocratique.
On constate la disparition des listes de type corporative et l’apparition d’une liste montée de toute pièce par une liste enseignante (cette liste n’a pas obtenue d’élus dans le collège étudiant).
On constate a nouveau la présence de la Confédération étudiante (Cé), cette organisation créée en 2003 par départ d’une tendance de l’UNEF qui se caractérise par son rattachement à la CFDT qui lui procure soutien et financement. Cette organisation n’a eu aucune activité réelle sur l’université pendant le mandat précédent, ont très peu siégé et la structure qui s’était constituée en association s’est dissoute. Cela n’a pas empêché la direction nationale de la Cé de constituer de façon artificielle une liste sur Lille1. L’effet « nouveau » du dernier scrutin n’a pas résisté et ces résultats sont en très forte diminution. Il faut dire que leur déconnexion totale de la situation de l’université s’est ressenti dans leur profession de foi.
Nous avons aussi vu débarquer le jeudi des élections de nombreux étudiants en provenance de diverses universités de France venus differ des tracts et inciter l’étudiant a voter pour son organisation. Cé, UNEF et UNI c’est au moins une vingtaine d’étudiants qui ont débarqués. Il est vrai que ces organisations ont bien peu de militant sur notre université, mais ce n’est pas vraiment très honnête comme méthode.
Malgré notre forte progression, l’UNEF, en partie grace a ces méthodes discutables d’un point de vue éthique maintient sa première place.

Analyse globale et place de notre action :
La participation de SUD étudiant aux élections sur Lille1 même si elle couronnée de succès, n’est pas satisfaisante. La démocratie étudiante n’est souvent qu’une caricature de démocratie et il est bien difficile pour les élus d’obtenir de réels progrès dans le fonctionnement de l’université.
Toutefois des dossiers avancent de façon signifiante, durant le dernier mandat, le fonctionnement de la maison des étudiants (MDE) a été définis et nous avons obtenu, avec d’autres, que la gestion de ce lieu soit le fait des étudiants, ce qui est très rare dans les universités surtout dans le système un peu atypique de fonctionnement retenu.
D’autres dossiers sont sur le feu, que ce soit la création de la crèche, la création d’un module de droit du travail, diverses modalités pédagogiques nouvelles, des mesures pour stimuler la vie associative, améliorer la transparence dans le fonctionnement de l’université notamment les conseils centraux…
Le travail sera intense et comme nous l’avons déjà prouvé nous serons vigilants sur l’avenir de l’université et sur la condition étudiante. La LRU met une épine très forte dans le pied de l’université mais nous continuerons a nous battre pour une université laïque, publique, gratuite, démocratique et ouverte à tous.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *