Après le plan Campus, la vie universitaire continue


Valérie Pécresse a annoncée aujourd’hui les 3 campus retenus dans son plan Campus, nous avons déjà eu l’occasion avant ce résultat de dire ici ce que nous pensions du plan campus, que ce soit dans l’esprit du plan ou dans son ampleur.

Maintenant que nous avons le nom des 3 (et un 4ème parisien à définir) sites choisis pour la deuxième vague (« Aix-Marseille Université », « Condorcet Paris-Aubervilliers » et Campus de Saclay). A la grande surprise des acteurs universitaires et politiques nordistes, le projet « Université de Lille » n’est pas retenu.

Même si il serait malvenu de s’indigner d’avoir perdu a ce jeu malsain de mise en concurrence des établissements universitaires, on peut regretter que le projet qui comprenait le rattrapage de la moyenne nationale en matière de logement étudiant (un millier de chambres CROUS), des mises aux normes des bâtiments et une amélioration des conditions de vie et d’étude sur le campus soit abandonné.

Regrettable aussi que les considérations politiciennes (faire des cadeaux aux copains) aient primées sur la qualité des dossier et les considérations d’aménagement du territoire.

Petite consolation pour les responsables universitaires, Lille a été classé premier dans la liste des 7 projets qualifiés de « prometteurs » et donc qui bénéficieront selon la ministre d’une attention particulière (le projet de Valenciennes est lui dans une autre liste de projets dits « innovants ») .

Mais vu le peu d’ambition de ce gouvernement et sa grande improvisation (pour ne pas dire son incompétence) en matière d’enseignement supérieur il est plus que probable que hormis les 10 projets sélectionnés les universités passeront quelques années de plus au pain sec et à l’eau. La situation sera à peine meilleure pour les 10 sélectionnés.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *