Compte-rendu de la réunion des 3 conseils de Lille 2 du 27 septembre 2013


Rapide compte-rendu non exhaustif.
Etudiant-e-s Présent-e-s (CEVU et CA ): 5/13 InterAssos, 1/4 UNEF, 0/3 MET, 1/1 SUD
Le Président présente les orientations stratégiques de l’université. Rien de bien nouveau : attractivité, valorisation de la recherche, « maîtrise » de la masse salariale, « rigueur », place centrale dans les dispositifs régionaux (Université de Lille, Parlement des savoirs, ex-PRES et autres structures obscures et anti-démocratiques)… Les vice-présidents (formation, recherche, relations internationales, vie étudiante…) s’enchaînent dans des discours remplis d’annonces, de bons sentiments mais aussi de novlangue néolibérale.
Un élu CA (Unef) réclame que, dans l’axe « vie étudiante », on parle des liens avec le CROUS : restauration, financement culture-action, aides sociales. L’Unef revendique un « cadrage » des modalités d’évaluations.
Une élue CS (FSU) pose la question de la contradiction entre « maîtrise de la masse salariale » et « recrutement actif ». Le Président considère comme suicidaire de recruter des contractuels sur fonds de roulement. En bref c’est la rigueur. Sauf « espoir » que l’Etat « rééquilibre » les dotations en postes. Le Président veut créer une Fondation commune à l’Université de Lille pour attirer des financements privés (mécénat) et augmenter les « ressources propres » de l’université.
SUD pose la question de la politique handicap de l’université et remarque qu’il y a extrêmement peu d’étudiants en situation de handicap, ce qui est en soi un problème, et que Lille 2 est relativement en retard au niveau des moyens mis en place. La réponse : il y a des travaux d’accessibilité en cours ou prévu, il y a un poste fléché pour la mission handicap (pas à temps complet), il faut tenir compte de tous les « empêchements » (étudiants salariés, parents…), pas de grandes nouveautés au niveau de l’Université de Lille (bref le handicap est un élément de langage dans ce dossier).

Le Président soumet au vote pour avis les documents recensant ces axes stratégiques. Ils sont adoptés à l’unanimité moins 1 Contre (SUD Etudiant) et 2 Abstentions. Notre vote se justifie par le refus des réformes universitaires actuelles (marchandisation du savoir, dégradation de nos conditions de travail, structures de moins en moins démocratiques…) qui sont entièrement acceptées par le projet présenté par la Présidence de l’université.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *