Compte-rendu du Conseil d’Administration de l’IEP du 8 octobre 2013


Notes prises par Yvain, élu SUD Etudiant-e Lille

Points abordés :
  1. DBM
  2. PEI
  3. Cartes multi-services
  4. Mutualisation des achats / Tarifs de formation continue
  5. Règlement des études
  6. Maquettes / Règlement des études
  7. Conventions Munster et M2 avec Lille 1
  8. Intégration de Sciences Po St-Germain en Laye
  9. Partenariat avec l’ESJ
  10. Modifications des Commissions
  11. Personnel contractuel
  12. Subvention colloque
  13. Recherche
  14. CRIT
Après avoir adopté le compte-rendu du conseil précédent, le CA a examiné des décisions budgétaires modificatives permettant d’indemniser les personnels BIATOSS (non enseignants) et d’avoir plus d’heures. Les DBM sont votées à l’unanimité. On apprend alors que, côté recettes, l’IEP a récolté « plus que prévu » grâce aux frais d’inscription « modulés » mais que les cours de MSS/MSE resteront supprimés.

Sur le programme de démocratisation PEI, les subventions ont été votées à l’unanimité. Notre élu s’est abstenu sur la convention générale (car il pensait que ça incluait les services civiques). Pour les services civiques, SUD et S&A se sont abstenus (contrat très précaire).
Pour les cartes multi-services, SUD s’est seul abstenu étant donné l’insécurité relative à la protection des données personnelles présentes sur la CMS.

La mutualisation des achats pour l’université de Lille est passée à l’unanimité tout comme les tarifs de formation continue devenus lisibles et harmonisés.

L’actualisation du règlement des études est, comme prévu, le gros morceau. Le groupe étudiant « inter-élus » (les listes sauf SUD) a été ridiculisé car ses contre-propositions sont arrivées la veille du CA à 22h.
La direction a embrouillé les élus sur le statut d’étudiant salarié prétextant que celui-ci est présent dans des textes nationaux (qui ne s’appliquent pas à l’IEP mais c’est pas grave). De plus, plusieurs universités lilloises et françaises ont bien adopté un tel statut en conseil. Mais ça évolue: la direction accepte de réfléchir « précisément » à un statut encadré. Affaire à suivre…
Plusieurs élus (UNEF, SUD, S&A, Déclic) remarquent que la liste des absences « justifiées » n’est pas complète et qu’un étudiant ne connaît pas ses droits : le « cas par cas » proposé par la direction n’est pas une solution idéale. Nous sommes alors accusés de bureaucrates staliniens par le directeur des études (un compliment ?). Le « serrage de vis » serait du « socialisme réel » selon la direction : les étudiants ont trop profité des libertés prévues. Comme disait Staline, trop de liberté tue la liberté n’est-ce pas ? En expliquant qu’ « on a le choix entre respecter scrupuleusement la règle des 4 (ce qui n’était pas le cas auparavant, donc) et faire une règle de 3 absences mais un peu souple », M. Villalba montre que la nouvelle règle, dans le meilleur des cas, ne change absolument rien.
Bref le règlement est adopté avec les votes contre de SUD et S&A, l’abstention de l’Unef, et un Déclic partagé entre l’abstention et l’approbation molle.

Les maquettes et les règlements de concours sont adoptés moins l’abstention de SUD protestant contre la suppression de cours en 2A (MSS/MSE) et contre les concours FIFB et Khâgnes/BEL.

Le CA vote à l’unanimité l’intégration de Sciences Po PSG (IEP Saint-Germain-en-Laye): « les avoir avec nous pour ne pas les avoir contre nous  » (Anakin Skywalker si tu nous écoutes). On a voté pour car cet IEP est complètement bancal et totalement dépendant des 2 universités créatrices (UVSQ et UCP).

Le CA vote à l’unanimité (encore) la nouvelle traduction de la convention FIFA avec Münster ainsi que les nouvelles conventions avec Lille 1 pour les M2 MESES et AESS (APIESS pour Lille 1).

Lors d’une « pause », on apprend que le partenariat avec l’ESJ va être réexaminé en janvier 2014. Les inquiétudes sur la situation financière de l’ESJ pousse certains enseignants à vouloir abandonner le partenariat. SUD s’est toujours prononcé contre ce partenariat sélectif avec un établissement privé (ce qui amène les étudiants à payer des frais d’inscription extrêmement élevés), le préalable étant la nationalisation de l’ESJ. Affaire à suivre.

Nous vous passons les détails sur le renouvellement des commissions disciplinaires et scientifiques ainsi que sur les transferts de postes IDP/Lille 2. 3 titularisations sont votées à l’unanimité.
Les changements dans le fonctionnement de la Commission de discipline sont aussi votés à l’unanimité. La suppression de la commission d’instruction (qui examine les pièces etc.), remplacée par un seul « rapporteur » pose cependant question. Cela serait le résultat d’une directive.

Pour l’embauche d’un responsable formation continu en CDD, nous sommes seuls à voter contre, S&A acceptant les arguments données par la direction (obligation du rectorat).

La subvention pour un colloque est votée moins 2 contre (pas nous!) : apparemment des enseignants se détestent.

Sur la politique de recherche et la création d’un M1 recherche, pas de vote. On a précisé que le M1 manquait d’un peu de sociologie.

Enfin la direction signale qu’elle se désolidarise à court terme du CRIT tout en précisant que les BDS ne sont pas responsables des débordements et qu’ils font de leur mieux.

registre-conseils-d-administration

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *