Compte-rendu de la CFVU de Lille 3 du 25 novembre 2014


Présent-e-s: 1/1 SUD, 4/6 UNEF, 2/3 PDE, 0/1 UNI, 0/1 EMF

1. Informations générales

État des lieux de novembre : 17 087 inscrit-e-s physiques. La campagne d’inscription en doctorat sera clôturée mi-décembre. Les étudiant-e-s en SEAD se retrouvent dans les chiffres.

La loi ESR de 2013 impose de renouveler de nombreuses conventions, notamment avec les classes prépas. Se pose la question des frais d’inscription : l’inscription en prépa est gratuite mais sélective, l’inscription à l’université est payante mais (encore) non sélective.

Sur les stages, le VP formation tient à insister sur la sécurité : un étudiant est malheureusement décédé pendant un stage en Égypte.

2. Vie étudiante

Les subventions aux assos sont adoptées moins une abstention (SUD) et les aides sociales sont votées à l’unanimité. Comme SUD en commission, l’UNEF (qui n’y était pas) fait remarquer que la commission FSDIE Aides Sociales prend en compte « le mérite » dans ses critères, ce qui est un problème, notamment quand on attend les notes du S1 pour rembourser des frais d’inscription.

Concernant le handicap, il y a eu 243 dossiers en commissions plurielles de la part du Relais Handicap.

3. Rentrée 2015

Voilà le premier dossier sensible : les Procédures Admission Post-Bac (APB) Complémentaires ; procédures assez complexes et incertaines selon le VP Formations. APB, tout le monde sait que c’est pourri, mais tout le monde doit passer par là. On nous explique un peu que c’est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres. Et là s’enchaînent les discours sur l’impérieuse nécessité (financière) de mettre en place des prérequis et des capacités d’accueil, pour le bien de toutes et tous.

Un élu UNEF rappelle que les syndicats étudiants sont contre le fait d’avoir des cours surchargés, mais aussi contre la sélection (terme évoqué dans les groupes de travail sur ces procédures). Il se demande quels sont les critères de sélection. SUD rappelle que nous n’avons pas reçu les dossiers. L’élu SUD explique que nous ne sommes pas des techniciens.

Il y a un manque d’information car tou-te-s doivent passer par APB pour une inscription en L1, y compris des étudiant-e-s en reprise d’études ou des étudiant-e-s qui se réorientent.

Vote sur les conclusions des groupes de travail (restriction des admissions par APB Complémentaire) : Unanimité moins 7 votes contres (SUD et UNEF) et 1 Abstention.

On aborde ensuite la procédure pour les étudiant-e-s étranger-e-s via Campus France pour les L1. Démarrage de la campagne d’admission des candidats internationaux en 2ème et 3ème année de licence et en 1ère année de master. Une note précise va être délivrée en fonction des diplômes et des nationalités en fonction des procédures. Les M2 ont un calendrier différent qui leur est propre. Début de la campagne le 17 novembre 2014, date limite de dépôt des dossiers le 27 mars 2015, date d’envoi des dossiers dans les commissions : 27 mai 2015, date de retour souhaité : 27 juin 2015. Les européens pour la L1 passent par la procédure APB. Vote : Unanimité moins 2 abstentions (1 UNEF et SUD).

4. Accréditations de masters

Le Ministère a rendu son avis sur l’offre de formation « Masters » de Lille 3. Lille 3 est pressé car veut « communiquer sur son offre ». La mention « Humanités Numériques » a été rejetée par le ministère.

La Présidence demande de voter la suspension des parcours suivants :

  • études chinoises où le potentiel enseignant est insuffisant,
  • études néo-helléniques, car pas dans la continuité d’une licence.
  • Lettres Appliquées car la Présidence veut envoyer les étudiant-e-s dans les masters de communication
  • Genres et Culturalités car, apparemment, il y a des problèmes de personnes.
  • Guides conférenciers, car ce master existe à l’ULCO notamment.
  • Humanités Numériques (cf. plus haut).

S’ensuit un long débat, notamment sur les problèmes budgétaires qui expliquent en grande partie ces suspensions. Pour 5 des 6 suspensions (hormis Lettres Appliquées), il s’agit de « non créations ».
Vote : 6 abstentions, 9 contre (dont UNEF et SUD) et 9 votes pour (dont PDE). La question est transférée au CA.

2 licences pros ont reçu un avis défavorable : gestion des agriculteurs et management des transports.

L’élu SUD intervient pour demander pourquoi c’est si mal d’avoir peu d’étudiant-e-s en formation. La présidente répond ceci : la mutualisation est antérieure aux problèmes budgétaires, ce n’est pas de l’économie, c’est le faire sans que cela lèse l’étudiant-e. Une élue de l’UNEF se demande pourquoi on a baissé le nombre d’heures si on n’a pas de problème de budgets. Le premier VP assure que c’est de la prévention : on doit être le plus vigilant possible, on a un bon fond de roulement mais il faut faire attention. « C’est pas le principe de l’open bar » dit-il. Le VP Formation nous parle de bonne et de mauvaise austérité : selon lui, la bonne austérité permet le bon fonctionnement de l’université par des choix douloureux et c’est ce qu’il veut effectuer, la mauvaise a juste pour but de mettre à mal ce fonctionnement par pur souci d’économie. On dirait le sketch des Inconnus sur le bon rocker ou le bon chasseur.

5. Conventions

Unanimité moins 7 votes contre (SUD et UNEF) sur la convention avec la Banque Populaire.

Les autres conventions (conventions avec des universités italiennes et DUFA, Diplôme Universitaire de Formateur d’Adultes) sont votées à l’unanimité, moins notre élu SUD qui s’abstient.

Lille 3

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *