« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » Benjamin Franklin 


Sud Solidaires étudiant-e-s IEP tient à exprimer toute son émotion après les terribles attentats de la semaine dernière. Nous voulons témoigner toute notre solidarité aux familles et aux proches des victimes. Nos pensées vont à tous ceux et toutes celles que ces attentats ont durement touché-e-s.

Nous avons tou-te-s été horrifié-e-s par ces actes ignobles. En accord avec les autres listes et sur proposition des Palien-ne-s Engagé-e-s nous n’avons pas fait campagne pendant le deuil national et les élections ont été reportées au jeudi 26 novembre.

Nous saluons l’initiative de la direction d’avoir organisé une minute de silence et un moment de recueillement dès le retour des étudiant-e-s en cours.

Nous avons attentivement écouté le discours de notre directeur et souhaitons ici dire que nous avons été choqué-e-s par son énumération des victimes appartenant uniquement à la communauté des IEP et des grandes écoles. En effet celles-ci méritent comme les autres qu’on leur rende hommage mais nous n’avons pas à hiérarchiser celles qui le méritent plus que d’autres. Que ce soient les victimes lilloises par rapport aux victimes françaises, les victimes françaises par rapports aux victimes libanaises, les victimes libanaises par rapports aux victimes kurdes, les victimes kurdes par rapport aux victimes syriennes ou par rapport à toutes celles et tous ceux qui souffrent de Daesh à travers le monde.

Ce discours était également l’occasion pour notre directeur d’annoncer quelques mesures censées assurer la sécurité de notre établissement. Ainsi a été décidé la fermeture de la porte principale et l’obligation pour tou-te-s les étudiant-e-s d’être en permanence en possession de sa carte étudiant-e-s. Nous jugeons que ces mesures non seulement sont inutiles mais en plus créent un sentiment d’insécurité et un malaise qui n’a pas lieu d’être.

Inutile d’abord : qui peut croire aujourd’hui qu’une simple porte vitrée va empêcher des terroristes de s’introduire dans l’IEP ? Ou encore que qui que ce soit va reculer devant la porte rouge laissée ouverte par les va-et-vient des étudiant-e-s.

Inutile ensuite parce que personne n’ira jamais contrôler les cartes étudiant-e-s de toutes les personnes entrant dans l’IEP.

Mais au-delà de l’inutilité de ces mesures, ce que nous dénonçons c’est l’idée qu’elles véhiculent. Non nous ne sommes pas plus en danger aujourd’hui que jeudi dernier. Non nous n’avons pas avoir plus peur aujourd’hui, nous n’avons pas à nous méfier de tous les gens que nous croisons. Le principe du terrorisme est d’instiguer un climat de peur chez leurs adversaires mais nous ne leur donnerons pas raison et continuerons à vivre normalement ! Nous ne devons pas nous replier, que ce soit sur notre école, notre ville ou notre pays.

Continuons à vivre, à militer, à nous battre pour un monde meilleur, pour plus de liberté et d’égalité.

Ouvrons nos portes à l’étranger-e, à l’inconnu-e, au voisin-e ! Echangeons avec lui et avec elle, parce que nous n’apprendrons pas à connaître le monde seulement avec les visions nécessairement réductrices de la recherche française et de nos grand-e-s intellectuel-le-s, ni même qu’avec des hommes blancs de classe supérieur d’où qu’ils viennent. Leur apport ne peut qu’être immense, nous ne nous émanciperons pas sans apprendre à connaître les autres. Oui un enseignement émancipateur est un enseignement ouvert sur tous les horizons.

9e362424-f469-465a-b4d9-384644d15b22

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *