Je suis BDS… quand il le faut.


L’effondrement du service public dans l’enseignement supérieur touche tout le monde. Y compris les associations. A lIEP le Bureau des Sports se retrouve dans une situation critique. Le BDS est une vieille association de l’IEP dont l’objectif est de permettre aux étudiant-e-s de faire du sport en parallèle de leurs études. Comptant plusieurs centaines d’adhérent-e-s elle fait partie des plus grosses associations de l’IEP. Mais pour faire du sport il est généralement pratique d’avoir des infrastructures. Le foot de rue c’est sympa, mais quand il s’agit de préparer des matchs contre les Staps ce n’est pas plus mal d’avoir déjà essayé de viser un vrai but.

Pourquoi le BDS n’a pas d’infrastructure et ou à des horaires si peu pratique? Simplement parce que les grosses écoles privées que sont les écoles d’ingénierie ou de commerce sont passées par là avant.

Comment choisir pour Lille entre le BDS de Sciences Po Lille et le BDS de Skema ?

Facile, il suffit d’opérer un petit calcul coût/opportunité. Le BDS de Skéma est capable de dépenser des dizaines de milliers d’euros pour obtenir son terrain de sport. Quand le BDS de l’IEP lui est incapable de fournir une telle somme et peine déjà à financer ce qu’on lui demande en dépit des 80% de réduction qui lui sont attribué en tant qu’association d’une école publique rattachée à Lille 2.

C’est sympa l’enseignement supérieur, il faut payer pour entrer dans son école, payer pour faire du sport, payer pour habiter dans des cités U délabrées. Alors, oui notre BDS n’a pas 30 000 euros par an. 30 000 euros par an c’est quasiment 2/3 des subventions de l’ensemble des associations.

Le sport est une activité importante qui doit pouvoir être librement pratiquée dans de bonnes conditions par l’ensemble des étudiant-e-s.

Nous exigeons donc l’inscription dans la convention cadre avec Lille 2 que les associations de l’IEP ont  le droit de bénéficier des mêmes infrastructures que celles de Lille 2, notamment en ce qui concerne les infrastructures sportives. Ces infrastructures sont donc mises à leur disposition gratuitement. Notons par ailleurs que l’IEP verse plusieurs dizaines de milliers d’euros chaque année à Lille 2 dans le cadre de cette convention. C’est à l’IEP d’assurer à ses associations qu’elles peuvent disposer des bonnes infrastructures et pas à elles de trouver un argent qu’elles n’ont pas. Les associations ne sont pas des PME spécialisées dans la levée de fonds et n’ont pas à le devenir !

1342559960_84ruedetrevise

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *