Réunion de préparation du CA avec M. Lengaigne (8/12/2017)


 

Réunion préparatoire avec Benoît Lengaigne

 

Présent.e.s : élu.e.s SUD : Jean-François, Sofiane, Faustine, Michel, Alexandra, élue PE : Inès, élu.e.s UP : Robin, Hermine.

 

Une semaine après les élections, et une semaine avant le conseil d’administration, les nouveaux et nouvelles élu.e.s ont eu leur première réunion avec M. Lengaigne, pour évoquer quelques points en amont du conseil. Premier compte rendu pour nos nouveaux et nouvelles élu.e.s !

À l’ordre du jour de celui-ci : étude du budget, affaires financières, charte égalité de genre, création d’une entrée directe pour les FIFA en 4ème année, tarifs de la Summer school 2018. Le système de notation des premières années a été ajouté à l’ordre du jour par les élu.e.s étudiant.e.s, ainsi que des questions diverses, que l’on abordera à la fin : Information sur le financement de la cafétéria étudiante, possibilité de procuration en CVA, réforme du système d’absences (proposé par SUD), informations sur la bibliothèque.

 

Budget 2018

 

Rien de surprenant : le déménagement a engendré beaucoup de dépenses, l’IEP a dû aller chercher sur son fond de roulement, et a perdu 100 000 euros de recettes.

Cependant, Benoît Lengaigne va demander une augmentation de la DGF ( Dotation Globale de Fonctionnement), car nous avons gagné 40% de surface en M2 suite au déménagement, mais aussi d’autres financements pour les postes nouvellement créés, comme celui de gardien, ou encore le responsable patrimoine.

Il a ajouté que l’Etat nous avait récemment affecté 12 postes de fonctionnaires, au titre du rééquilibrage de l’iniquité des IEP de région. Ces 12 postes de fonctionnaires ont été affectés à l’administration, mais ont aussi permis de rémunérer de nouveaux enseignants.

C’est une bonne nouvelle, dont nous nous réjouissons, mais ça n’est cependant pas suffisant : nous demandons la titularisation de l’ensemble des contractuels de l’établissement, pour lutter contre la précarité que le statut de contractuel peut entraîner, et également la création de postes supplémentaires, notamment au service gérant la mobilité.

 

Ce point budget a permis à M. Lengaigne de nous lancer un petit « pic » concernant notre dernier compte rendu de C.A., qu’il s’est bien vanté de ne pas avoir lu en entier, et nous reproche d’avoir affirmé que 45 % des ressources de Sciences Po viennent des frais d’inscription (2,2 millions sur 5,5 millions). En effet, le budget consolidé de l’IEP est bien de 10 millions d’euros, en comptant le salaire des fonctionnaires, distribués directement par l’État. Cependant, les fonds propres de Sciences Po, en budget non consolidé, et qui sont votés en C.A. ne représentent que 5,5 millions d’euros, et ces 2,2 millions de frais d’inscription correspondent bien aux 45 % de ce budget.

 

Gérald Darmanin

 

Enfin, pour clore ce point, M.Lengaigne a jugé bon de nous rappeler que la présence de M. Darmanin en conseil d’administration est à la fois « bien et pas bien », alors même que celui-ci avait été désigné membre du C.A. pour représenter de la région, ce qu’il ne peut plus assurer aujourd’hui, étant ministre. Nous n’avons donc plus de représentant de la

région au conseil d’administration, ce qui ne semble pas poser de problème à notre directeur, ni aux autres élu.e.s, d’ailleurs, qui ont défendu M. Lengaigne sur ce point alors que nous l’interpelions. M. Darmanin, ainsi que les autres personnalités extérieures seraient désigné.e.s de façon “qualitative” et non par rapport à leur statut actuel.

Nous nous interrogeons cependant sur l’apport qualitatif du ministre responsable de la baisse de cinq euros des APL, qu’une grande partie des étudiant.e.s touchent, dans notre conseil d’administration.

 

Charte égalité de genre

 

La charte égalité de genre, dont nous avions amorcé le travail dès 2015, n’avait pas été adoptée lors du C.A. de juin 2017. Celle-ci sera (enfin?) re-présentée la semaine prochaine, après un long travail effectué par des membres du personnel, des étudiant.e.s (notamment des listes Sud et Up!), et du personnel enseignant.

M. Lengaigne n’a pas manqué de s’en réjouir, en y ajoutant tout de même quelques précautions… L’écriture inclusive, avec des points ou des tirets, lui donne «l’impression de lire du morse, et lui enlève le plaisir de lire ». Autrement dit, tendre vers l’écriture inclusive,  oui, mais surtout, ne l’imposer à personne…

 

Système de notations en 1A

Les élu.e.s Up! et Sud se sont mis d’accord pour interroger le directeur sur le système de notation des premières années, mais surtout, pour lui montrer les résultats de notre sondage (47% des 1A ayant répondu favorables au passage à un système de validation  des acquis) et demander une réponse rapide au problème posé. Tout ce que le directeur a pu nous répondre était qu’il faut bien clarifier la situation, et que ce point sera ajouté à l’ordre du jour du conseil d’administration, où nous  attendrons une véritable réponse aux problèmes que posent cette “expérimentation”. Rendez-vous dans quelques jours !

 

Financement de la cafétéria étudiante

       

Que ce soit clair  nous n’aurons toujours pas de cafétéria au second semestre, car l’appel d’offre lancé par M. Lengaigne n’a reçu aucune réponse, et que celui-ci ne souhaite pas revenir au CROUS, “trop cher pour ce que c’est” (très bien, mais encore faut-il trouver moins cher, M. le directeur!).

Le projet de M. Lengaigne à ce sujet serait de faire un nouvel appel d’offre, à destination, encore, d’entreprises qui embauchent des handicapés, mais cette fois-ci moins restrictif.

Concernant la cafétéria autogérée : Alors que le système est en place depuis quelques temps et que sa mise en place a été discutée de nombreuses fois, notre directeur n’était même pas au courant de son existence…  Et proclame ne pas pouvoir la subventionner car cela n’est pas légal.

Problème non résolu, donc, mais qui le sera bientôt, on l’espère, car M. Lengaigne veut organiser une réunion à ce sujet très bientôt suite à notre demande.

Système d’absences

 

Cette réunion préparatoire s’est terminée par un échange tendu entre les élu.e.s Sud, M. Lengaigne et les autres élu.e.s au sujet du système d’absence, que nous souhaitons évoquer au prochain C.A  : Nous considérons que les trois absences autorisées par semestre sont trop restrictives, ne peuvent pas toutes être justifiées par un certificat médical et infantilisent les étudiant.e.s.

Selon les autres élu.e.s et M. Lengaigne, autoriser plus d’absences (comme à Lille 2, par exemple!), “ne nous ferait pas aller en cours”, et celui-ci ne s’est pas privé d’interpeller certain.e.s de nos élu.e.s individuellement de façon purement rhétorique “mais pourquoi êtes-vous venu.e.s à Sciences Po si c’est pour ne pas aller en cours?”.

En plus de la bassesse de cet argument, (nous ne sommes pas venu.e.s à Sciences po pour être noté.e.s absent.e.s non plus), cela nous permet de ré-affirmer que c’est bien pour son côté infantilisant que ce système est mis en place. Nous défendons cette position depuis plusieurs années, et il serait grand temps d’amorcer une véritable réflexion sur ce sujet en conseil d’administration.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *