1996 – 2006 : 10ème anniversaire du coup de hache de Saint Bernard !


Samedi 26 Août 2006 : Manifestation à 14h à Lille, place de la République.

Dix ans après les « coups de hache » de Saint Bernard !

Une lutte en continu, car depuis, les lois Chevènement, Sarkozy 1 en 2003 puis Sarkozy 2 en 2006 sont passées là, sans compter les multiples circulaires, comme celle du 21 février 2006 qui est un véritable abécédaire de comment piéger, arrêter et expulser un sans papier. La loi Sarkozy 2, dite loi de l’ « immigration kleenex » ou « immigration jetable », couronne l’ensemble du dispositif répressif contre les sans-papiers, avec l’objectif politique claire d’obtenir le vote des Français en 2007 : quasi-impossibilité du regroupement familial, suspicion sur les mariages, remise en cause du droit à la régularisation après 10 ans de présence sur le territoire français (ce qui condamne des milliers de sans papiers, à une « clandestinité » perpétuelle), le droit d’asile réduit quasiment à néant, etc.

A côté de cette politique dite de « fermeté », M. Sarkozy, jouant de « ruse », recommandait de ne pas expulser les parents d’enfants scolarisés avant la fin de l’année scolaire (c’est-à-dire début juillet, mois connu par tous les français comme celui de tous les coups bas). Sa dernière circulaire « humaniste », concédée face à la mobilisation des parents et enseignants, avait fait naître l’espoir d’une large régularisation des parents d’enfants scolarisés tout au moins. Mais les désillusions sont arrivés très vite : avant même d’avoir enregistré toutes les demandes, M. Sarkozy a fixé les limites : la politique des quotas (« la France ne pouvant pas accueillir toute la misère du monde » !) est venue rappeler que la démagogie lepéniste a encore de beaux jours devant elle en France.

L’objectif est encore une fois le même : refouler les sans papiers dans la clandestinité, conforter un discours sécuritaire qui laboure sur les terres de Le Pen. Mais la lutte des sans papiers continue : pendant toute cette décennie les sans papiers ont continués à servir de « chair à patron » en tant que main d’ouvre sans aucun droit et sans aucun moyen de se défendre. Depuis 10 ans, des centaines de milliers de personnes ont continué à être traités comme des « parias » plongés dans la précarité absolue. Tout au long de ces années les sans papiers se sont aussi organisés et ont mené des luttes incessantes pour leurs droits. Les sans papiers sont debout. Les sans papiers refusent de se cacher. Les sans papiers luttent.

Pour :

  • la régularisation de tous les sans papiers
  • la fermeture des centres de rétention
  • l’abrogation des lois Pasqua/Debré/Chevènement/Sarkozy/de Villepin
  • le respect du droit d’asile
  • aboragtion réelle de la double peine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *