Le néolibéralisme réélu en silence ou presque à l’IEP


Au CA du 28 mars dernier, Louis Dreyfus, Président du directoire du groupe Le Monde, a été réélu Président du Conseil d’Administration par 24 voix contre 2 blancs. Selon nos infos (le vote est à bulletin secret), seuls 2 élus étudiants ont voté blanc. Un acte de courage contre un homme qui a fait beaucoup contre les étudiants.

Un seul exemple suffira. Fin 2011, l’Université du Kent annonce un triplement des frais d’inscription en filière franco-britannique (IEP de Lille-Université du Kent) faisant passer le diplôme à environ 22.500 euros pour 4 ans. Face à ce diktat, même la direction semblait prête à suspendre partenariat. Mais, lors d’un CA mémorable, Louis Dreyfus, allié aux élus Déclic, retourne la direction et une partie des élus enseignants pour maintenir le partenariat « à condition qu’il y aie suffisamment de candidats au concours pour garantir un taux de sélectivité suffisant et la valeur du diplôme ». Le mal est fait : avec cette mesure, l’IEP a créé une filière « d’excellence » pour « super-riches » car, comble de la « démocratisation » vantée par notre directeur, les boursiers payent autant que les non-boursiers.

Rappelons enfin que Louis Dreyfus est administrateur de Terra Nova : « think tank progressiste » favorable à la hausse des frais d’inscription et à la privatisation des universités.

Tous les élus qui ont voté pour Louis Dreyfus jeudi dernier savaient cela. Comment peuvent-ils donc se dire « défenseur de l’enseignement public pour tous » ? Comment expliquer un tel vote massif des élus étudiants pour un Président qui a refusé de reporter le vote du budget alors que nous vivons une « mobilisation » sur ce même sujet ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *