Compte Rendu du Conseil d’Administration de l’IEP du 15 décembre 2014


L’ensemble des élu-e-s sont présent-e-s. Le compte-rendu du précédent CA et la composition des commissions sont voté-e-s à l’unanimité. M. Dreyfus étant retenu (au sens propre) à Paris, M. Lascombe préside le CA (étant doyen d’âge).

I) Budget 2015

L’État n’ayant pas encore communiqué le montant de sa dotation pour 2015, le budget se base sur la dotation 2014. Il y aura donc nécessairement une décision budgétaire modificative au prochain CA début 2015.
170 000 euros sont prélevés sur réserve pour des dépenses d’investissement, pour la réorganisation / création d’un site internet opérationnel à la rentrée 2015.
Hors salaires des personnels « État », 59.7% des recettes sont des ressources propres, ce qui est énorme pour un établissement public.
Le fonds de réserve : 3.38 millions euros soit 8 mois de fonctionnement. Ce fonds financera les investissements à venir, notamment après le déménagement. Il ne peut pas financer le fonctionnement.

L’IEP est le moins bien doté des IEP mais il a paradoxalement la meilleure situation financière (au niveau de ses réserves).
Suite à l’épuisement de son budget (42900 euros), la Commission Vie Associative (composée des élu-e-s étudiant-e-s) a demandé une rallonge budgétaire de 4000 euros (pour les financements sur projet). Pour garantir l’équilibre coutumier, 4000 euros abonderont également le budget de la recherche. Ces 8000 euros seront prélevés sur le budget « imprimés et publicités » (5000 euros) et « voyages et déplacements » (3000 euros).
La direction fait remarquer que le nombre d’associations augmente mais que la plupart ne survivent pas à l’année en cours. Elle préférerait voir les associations se regrouper pour garantir leur pérennité (et ne pas gaspiller d’argent). Un élu de la liste « IEP » souhaite que les associations cherchent des financements hors IEP. Un autre élu, Déclic! cette fois, veut « responsabiliser » les associations.
Une élue enseignante souligne, à juste titre, le fait que les 4000 euros pour la recherche ne correspondent pas à des propositions concrètes mais à un moyen d’acheter, en quelque sorte, les voix des enseignant-e-s. Le budget recherche de l’IEP est faible car celui-ci n’héberge ni laboratoire, ni école doctorale.

La modification est votée à l’unanimité.

Sur le budget 2015, les 2 élu-e-s SUD votent contre à cause de l’insuffisance des dotations de l’État mais aussi en raison des frais d’inscription. Les ressources propres représentent 3 millions d’euros. Néanmoins la baisse de plus de 10% de « publicité et imprimés » est une bonne chose. Budget adopté moins 2 contre donc.

II) Attribution des subventions

Les subventions suivantes sont votées à l’unanimité.

  • AEGEE : 800 euros.
  • BDE : 5400 euros.
  • Neveux de Thalie : 1500 euros.
  • Visions d’Europe : 4000 euros.
  • BDA : 3000 euros.
  • Trait d’union : 2500 euros.
  • Club du Millénaire : 1000 euros.
  • Le jeu de l’Oie : 1650 euros.
  • Munwalk : 1500 euros.
  • Enactus : 4000 euros.
  • BDI : 1500 euros.
  • Comité Mirabeau : 3000 euros.
  • Arène de l’IEP : 4000 euros.
  • SPLTV : pas de subvention, mais achat d’une caméra par l’IEP (à hauteur de 1650 euros environ).

La subvention du BDS fait débat. La CVA a proposé 9000 euros, mais SUD s’y est opposé. Notre élue fait remarquer que, vu le budget prévisionnel communiqué par le BDS, la subvention demandée était intégralement destinée au financement du CRIT et cette subvention représenterait plus de 20% du budget CVA. Nous pensons que cet argent pourrait financer des projets plus utiles, à visée critique et pédagogique.
La direction nous soutient et ajoute que l’IEP avait prévenu le BDS qu’il ne reconnaissait pas le CRIT, et que donc ce dernier ne pouvait apparaître dans le budget.
Les autres élus étudiants trouvent que, par ailleurs, le BDS est génial (ce que personne n’a remis en cause). Un élu de la liste « IEP » lâche : « Les syndicalistes qui font de l’anticorporatisme ça va quoi ! ».
Le vote de cette subvention est reporté à janvier. Le BDS devra fournir un budget prévisionnel n’intégrant pas le CRIT. Un vote immédiat aurait abouti à une non subvention.

III) Le reste

  1. Convention d’hébergement avec la GASTAMA pour la summer school 2015 et payement des frais de participation : unanimité moins 2 abstentions (SUD, opposé au projet dont les frais d’inscription sont très élevés).
  2. Bourse Clément Gorrissen : unanimité.
  3. Tarif d’inscription pour le colloque « économie et religion » : unanimité moins 2 contre (SUD ; par principe on ne fait pas payer un colloque).
  4. Tarif de location de l’amphi B : la direction assure la gratuité pour les associations et les organisations qui ont peu d’argent. Unanimité moins 2 abstentions (SUD : la gratuité pour les associations dépend du bon vouloir du directeur et nos élu-e-s ne sont pas en mesure d’évaluer la pertinence ou non d’un tarif de location d’un amphi).
  5. Bilan de campagne des droits modulés : les frais ne bougeront pas pendant 3 ans. Après « on verra ». Pas de grandes nouvelles. Sinon on avait réalisé une enquête sociale bien plus complète à ce sujet.
  6. Présentation du cycle « pour un management actif du dialogue social ». En gros, c’est une formation pour les managers et les DRH pour leur expliquer comment « dialoguer » avec les syndicats (« Agir sur son échiquier syndical et piloter ses instances »). Unanimité moins 2 contre (SUD). La formation est ouverte à des syndicalistes… Mais elle est à 3950 euros. La formation sera conduite par des syndicalistes également, enfin ceux qui ont accepté c’est-à-dire … La CFDT. Et les fin pédagogiques sont plus que contestables et n’ont pas grand-chose à faire dans un Institut d’Études Politiques.
  7. Modalité d’examen des candidatures pour devenir professeur agrégé à l’IEP : unanimité.
  8. Recrutement d’un PRAG (professeur agrégé), pour remplacer M. Passard qui a passé une thèse et qui est maintenant maître de conférences (MCF).
  9. Avenant au contrat d’un contractuel pour 20% ETP en plus pour une mission supplémentaire (Master MIC) : unanimité.
  10. Élection du directeur : le dépôt des candidatures a lieu jusqu’au 8 janvier. Le 15 janvier elles seront publiées, et l’élection aura certainement lieu le samedi 21 février 2015. Les élu-e-s étudiant-e-s sont libres d’organiser un débat. Les projets ne seront pas publics mais à la disposition des administrateurs, qui pourront prendre la responsabilité de les publier en partie ou totalement (hein SUD !), en évitant de diffuser les bonnes idées que d’autres IEP pourraient nous voler (elle est belle la concurrence entre services publics). À noter : M. Lascombe, contrairement à des informations récentes, ne présente pas sa candidature à la direction.
  11. En juillet prochain, le Ministère enverra la notification de notre proposition de prochain contrat pluriannuel. 10 emplois en plus sont à répartir entre les 7 IEP de région.
  12. IEP d’Aix : on attend le rapport de la Cour des Comptes. Le directeur, Christian Duval, a démissionné.
  13. Université de Lille et COMUE : l’IEP est associé à la COMUE et au projet de fusion des 3 universités lilloises. À terme, il sera associé à l’Université de Lille comme aujourd’hui à Lille 2.
  14. Stages : un décret sur les stages (conséquence de la loi Fioraso) pose quelques problèmes à l’IEP (durée maximale du stage de 6 mois). Les 2A ayant choisi l’option « stages longs » se sont vus proposer soit de réintégrer le classement, soit de faire un stage de 6 mois et 6 mois dans une université (avec un choix limité). Il manque 2 réponses d’étudiant-e-s (3 sur les 26 ont choisi de basculer sur une mobilité universitaire annuelle). L’IEP considère que ceux qui sont partis (actuels 3A) à l’étranger ne sont pas concernés, car ils sont partis avant le décret.

1342559960_84ruedetrevise

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *