Compte-rendu du Conseil d’Administration de Lille 3 du 27 mars 2015


Présent-e-s : 1/1 SUD, 1/2 UNEF, 0/1 A&I, 0/1 EMF.

I) Informations

Le financement du Learning Center, 48 millions, est assuré. 13 millions sont requis pour la « déconstruction » du bâtiment actuel. Mais le CPER (Contrat de Plan État-Région) n’a certes pas baissé globalement mais c’est 50% de moins pour le volet enseignement supérieur et recherche (même si Lille 3 s’en tire mieux). Un projet sur les cultures visuelles avec Artois et Lille 1 a reçu 4 millions d’euros. La MESHS a eu également l’argent demandé.

EELV (le parti politique) a demandé à Lille 3 de louer le campus pour organiser son université d’été fin août (du 17 au 23, soit avant l’ouverture de l’université). Le prix fixé est de 30.00 à 35.000€. Il est bien évident qu’ils devront rendre le campus dans l’état où il était à l’origine (donc veuillez éviter de planter des arbres ou des jardins au milieu du forum ! [quoique]). Tout le monde se demande si, le faire pour un parti politique, c’est accepter de le faire de fait avec tous les autres (non parce que le faire pour le FN, jamais !). Une convention sera à adopter.

Sur les statuts de la COMUE (question de SUD), le Ministère a demandé à refaire passer ces statuts en Comité Technique de Lille 1 et en CA de Lille 1 dont le CT avait refusé les statuts à l’unanimité et suite à un recours du SNESup au tribunal administratif. Nous n’avons pas encore la date du passage au CNESER.

Les PV des CA des 28 novembre et 12 décembre sont adoptés à l’unanimité. Le conseil du SUAPS a renouvelé à l’unanimité sa direction, le CA la valide à l’unanimité.

II) Affaires budgétaires

  • Compte financier

Le résultat comptable est positif : 2,5 millions d’euros (sur 112 millions de recettes environ et 110 millions de dépenses) ! Un tiers du résultat vient de provisions du Ministère qui sont arrivés les 10 derniers jours et qui ne peuvent pas être utilisés en crédits de fonctionnement mais qui vont de fait directement sur le fonds de roulement auquel est affecté le résultat comptable. C’est comme si on vous donnait de l’argent de poche 10 minutes avant la fermeture des magasins et qu’on vous demande de le mettre dans un coffre dès la fermeture.

Les subventions publiques représentent 92% du budget (103 millions, dont 97 millions viennent du Ministère de tutelle). Et c’est très bien comme ça ! Les frais d’inscription représentent 2,6 millions d’euros (la gratuité ne coûterait pas si cher !) : ils diminuent du fait de la baisse du nombre d’étudiant-e-s.

Les subventions de l’UE progressent fortement du fait des contrats Erasmus.

Le discours de la Présidence : il faut plus de ressources propres ! (« de frais d’inscription ? » renchérit votre serviteur).

Le fonds de roulement s’élève à 61 jours. Le Ministère essaye de prélever sur les fonds de roulement des établissements qui ont plus de 65 jours (genre l’IEP de Lille qui a plus de 180 jours) pour « redistribuer ». Le Ministère ne notifie donc pas aux universités leurs dotations (une pensée émue pour ce monde où, quand tu fais ton budget, tu ne sais pas combien l’État te donne).

Afin de construire le Learning Center, Lille 3 veut racheter la « Boîte à copie » (la COREP à côté de la passerelle) mais il faut négocier aussi avec la Mairie pour que la COREP ré-ouvre de l’autre côté de la passerelle. SUD fait remarquer que, si c’est un service privé, c’est un service prisé par les étudiant-e-s.

Une enseignante propose que des investissements dans l’isolement des bâtiments ou dans la récupération d’eau soient davantage réalisés. De même, la question de poignées aux portes extérieures se posent : les fumeur-se-s les bloquent l’hiver pour pouvoir rentrer et on chauffe l’extérieur.

Sur le compte financier, unanimité sur le total des opérations et unanimité moins 1 abstention (SUD) sur l’affectation au fonds de roulement du résultat comptable : ce résultat devrait aller aux crédits de fonctionnement mais, légalement, le Ministère nous en empêche.

  • Subvention aux associations de LEA et de DECCID (Médiapole) : unanimité.
  • Tarifs FCEP Complément : 1.000€ pour un doctorat quand c’est l’employeur qui le paye, hors CIFFRE). C’est un tarif académique. Unanimité.
  • Demande de subvention à la Région (HubHouse) : Unanimité.

III) Statuts de la DUNE (ex-CAVUL, Direction des Usages du Numérique).

Un élu CFDT pose la question d’un représentant BIATSS au Comité des Usagers (il n’y a que des étudiant-e-s et des enseignant-e-s).

Une élue enseignante pose la question de la féminisation du document. La charte sur l’égalité femmes/hommes du Ministère, signée par Lille 3, prévoit de féminiser les documents statutaires mais ça prend du temps. Unanimité moins 2 abstentions (CFDT).

IV) Offre de formations

Les propositions débattues se font dans le cadre de la baisse de 10% des moyens pour les masters.

  1. Dans les parcours de masters, le volume d’heure de CM (cours magistraux) ne doit pas excéder 50%.
  2. Dans les cours, hors mutualisation, des parcours de masters où il y a 5 inscrit-e-s ou moins, les cours de 24h seront remplacés soit par des cours de 18h soit par des cours de 3h par étudiant-e inscrit-e, choix à discrétion des équipes pédagogiques.

Ces 2 propositions visent à combler des disparités… mais aussi à économiser.

Rappel : les heures de CM sont 1,5 fois mieux payées que les heures TD parce que parler devant un amphi c’est plus compliqué que d’organiser un TD.

Le VP CA note qu’en philosophie, le volume horaire et le choix de cours ont été sacrifiés pour atteindre la baisse de 10% des moyens au profit du maintenir d’un volume élevé de CM (3/4 contre 1/4) ce qu’un élu justifie par la spécificité de la discipline. De même la Présidence veut combler les disparités autour du paiement de l’encadrement des mémoires.

Une élue du SNESup fait remarque que, pour les équipes pédagogiques, on pense d’abord aux économies et après à la cohérence pédagogique. Le débat porte sur l’autonomie des UFR et des équipes pédagogiques.

La proposition 1 (sur les CM) est adoptée par 14 pour, 6 abstentions (dont CFDT), 4 contre (UPL3, UNEF, SUD).

La proposition 2 est adoptée par 19 pour, 1 abstention, 4 contre (UPL3, UNEF, SUD).

Le CA débat ensuite d’une proposition d’inciter les enseignant-e-s néo-recruté-e-s à assister à des formations sur la pédagogie universitaire et sur la connaissance de l’université (contre une décharge de 20 heures). SUD pose la question de l’ouverture de ces formations aux ATER et doctorant-e-s moniteurices (chargé-e-s d’enseignement), au vu notamment de la faiblesse du nombre de places et de formations au Collège Doctoral. Pour les doctorant-e-s, les formations peuvent être ouvertes et peuvent être valorisées nous répond la Présidence. Vote de la proposition à l’unanimité moins 1 abstention.

Votre serviteur quitte la séance à 12h31 après 3h30 de débats car il a piscine. Les points suivants ne donnaient pas lieu à un vote (hormis quelques conventions pour lesquelles il n’y a pas lieu de s’inquiéter).

Lille 3

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *