Rapide bilan du Conseil de la Faculté de Science et Technologie de juillet 2017 à décembre 2017


Ceci est un rapide bilan du conseil de la Faculté Science et Technologie suite aux élections de 4 mai.

Conseil du 6 et 13 juillet

Le 6 et 13 juillet a eu lieu l’élection des personnalités extérieures et celle du doyen. Le résultat des personnalités extérieurs ont donné 2 élu.e.s pour Réussir la Fac de Science (liste présidentielle) et 2 pour ASSUR. Malgré une procédure contestable (absence d’explication de la procédure de vote avant) la liste SNESup-CGT n’a obtenu aucune personnalité extérieure.

Le 13 juillet a été élu au poste du doyen Christophe Vuylsteker candidat SNESup-CGT, à la surprise générale (à commencer par la sienne). L’élection d’un doyen (minoritaire) syndicaliste permet au moins que les décisions soient prises dans la transparence

 

Règlement intérieur de la Faculté

Un processus d’écriture du règlement intérieur de la faculté a été fait. Il s’est constitué un groupe de travail. Il a été notamment débattu de la composition des commissions des règlements intérieurs de département et des règles d’avancement du personnel. La Communauté de l’Asso a défendu la plus grande présence étudiante possible aussi bien en commission que dans le département.

Bien que le règlement intérieur est le meilleur qu’on ait pu avoir dans ce cadre précis, ne prônant pas l’autogestion la Communauté de l’Asso s’est abstenue.

 

Contrat Objectif Moyen (COM) et budget 2018

Il a été aussi question des budgets pour 2018. Bien que les sommes en jeux sont peu importantes (un peu plus d’1 millions d’euros sur un total de plusieurs centaines de millions de l’université), cela reste un budget d’austérité. A noter que le premier vice-président de l’université de Lille 1 est venu expliquer que le budget était ce qu’il était mais qu’il fallait avoir confiance en nos président, J-C. Camart et E. Macron. En effet ce dernier avait affirmé que l’Enseignement Supérieur serait sa priorité. Non seulement son intervention a été ponctuée de quintes de toux opportunes (suscitant le rire dans le conseil) mais aussi d’une réplique affirmant que pour Macron priorité signifiait « précariser, libéraliser et privatiser ».

Comme c’était un budget d’austérité la Communauté de l’Asso a voté contre l’ensemble des documents financiers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *