En Inde aussi les étudiant.e.s se battent pour une université publique et accessible à tou.te.s 2


Il y a 16 jours, le conseil d’administration de la Tata Institute of Social Science à Mumbai ( une des écoles à l’étranger partenaire de l’IEP de Lille) décidait de la suppression des aides versées aux étudiant.es issu.es des populations les plus marginalisé.es, par leur caste ou leur origine sociale. L’accès à l’éducation de ces personnes est pourtant un enjeu fondamental depuis l’indépendance du pays. Le conseil d’administration a, au même moment, pris la décision d’augmenter les frais de scolarité de l’université.

Depuis 16 jours, les étudiant.es de la Tata Institute of Social Science mènent une grève ininterrompue. Une grève contre la hausse des frais de scolarité, la baisse des bourses, mais aussi pour une université démocratique, accessible et inclusive. Il nous faut saluer le courage de ces étudiant.es, qui affrontent depuis déjà deux semaines l’adversité de l’administration de leur école pour faire vivre l’idée d’une université plus juste, mais aussi pour faire valoir leur droit à l’enseignement supérieur, quel que soit leur milieu social ou leur caste.

Cette lutte s’installe dans un climat de privatisation de l’enseignement supérieur en Inde. Sur l’autel de l’excellence du néolibéralisme sont sacrifiées les volontés d’inclusion, de lutte contre les oppressions, d’accessibilité du savoir. On voudrait faire croire que ces idéaux sont dépassés, archaïques, et doivent faire place, comme partout ailleurs, aux logiques antisociales du néolibéralisme globalisé. Face à ces logiques, les étudiant.es de TISS réponde par l’exigence de justice sociale.

Nous apportons tout notre soutien aux étudiant.es en lutte et à tou.tes celleux qui partout, se battent contre une éducation élitiste, discriminante et marchande.

En Inde, comme en France, le savoir n’est pas une marchandise, l’éducation pas un privilège !

 

ENGLISH VERSION:

16 days ago, TISS administration board decided to remove scholarships given to students from marginalised communities, by their caste or their social origin. Access to education for these communities is a major stake and was fundamental since India’s independence. At the same time, the administration board decided to raise the school’s fees

Since 16 days, the students of TISS lead an uninterrupted strike against fee hikes, the suppression of scholarships, but also for universities to become democratic, accessible, inclusive. We must salute the students’ courage, they have been facing the administration board’s adversity for two weeks to support the idea of a more just university, and to defend their right to higher education whatever their caste or social status.

This struggle takes place in a climate of privatisation of higher education in India. At the altar of excellence and liberalism are sacrificed the wills for inclusion, struggle against oppression, and knowledge accessibility. They want to make believe that these ideals are archaic, and must leave room to neoliberalism’s anti-social logics. To these ideas, TISS students answer with the demand for social justice.

We support the student’s struggle and to those, everywhere, who fights against an elitist, discriminating, and mercantile education.

In India, as in France, knowledge is no commodity, and education no privilege!


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “En Inde aussi les étudiant.e.s se battent pour une université publique et accessible à tou.te.s